ERF – Enfance en Recherche de Famille

En France il est courant d’entendre dire qu’il n’y a pas d’enfants adoptables d’où la nécessité soit de patienter de longues années, soit de se lancer dans l’adoption internationale via un OAA (Organismes Agréés pour l’Adoption) ou en démarche individuelle.

Et pourtant il existe des centaines d’enfants adoptables que les Conseils Généraux ne proposent pas ou considérés comme “incasables” alors qu’on voit régulièrement des familles revenir d’un pays lointain ou accepter d’une Œuvre un enfant avec ces handicaps qui le font classer en France comme “à particularité”.

Ces enfants à particularité, pupille de l’Etat français, sont ainsi trop souvent privé du bonheur d’une famille et de l’adoption. Ces enfants sont le souci d’Enfance en Recherche de Famille.

Né en 1981 sur l’initiative de Janine et Antoine REBELO à une époque où rien n’existait nationalement, ERF s’est efforcé de faciliter l’échange d’informations entre départements concernant les enfants adoptables dits “à particularité” et les candidats potentiels à l’accueil de ces enfants.

Pour une plus grande efficacité, ERF recherche des correspondants départementaux, membres d’EFA, sensibilisés à cette action.

Tout d’abord qu’est-ce qu’un enfant à particularité ?

Au sens large c’est un enfant dont l’adoption n’est pas aisée pour diverses raisons. Ce peut être un bébé ? Tout le monde en veut ! Oui mais séropositif ? Ou atteint d’une hépatite B ou C ? Trisomique ou né avec une grave malformation qui entraîne un long séjour à l’hôpital, voire un handicap définitif ; un enfant plus grand, jusqu’à 15 ans, et pupille de l’Etat. Il peut être de couleur, maghrébin, avoir des frères ou sœurs (on parle alors de fratrie, et on essaie de ne pas séparer les frères et sœurs). Il peut aussi avoir des problèmes affectifs ou de sociabilité dus à un passé douloureux.

Quelles familles pour ces enfants ?

Ce sont souvent des familles dont les parents sont plus âgés, ayant souvent déjà élevé des enfants, biologiques ou adoptés, ayant une plus grande facilité pour accompagner un enfant malade, handicapé. Elles sont souvent mieux armées pour l’aider à combler son retard affectif, son retard scolaire… mais aussi des familles à la recherche d’un premier enfant, décidées après une longue réflexion à donner le bonheur qu’ils méritent à ces enfants “à particularité”.La première qualité est certainement d’avoir un cœur énorme et beaucoup de courage pour s’offrir à ces enfants qui ont eux aussi besoin de parents, d’une famille.

Quelle action pour ERF ?

Sensibiliser les postulants aux besoins de ces enfants. Et sensibiliser les Services Sociaux sur la possibilité de trouver, aussi, une famille pour ces enfants.Après l’obtention de l’agrément, les familles intéressées n’ont plus alors qu’à s’inscrire auprès d’ERF qui centralise les demandes d’enfants et les propositions émanant de divers Conseils Généraux.Lorsqu’une situation d’enfant proche de celle envisagée par la famille postulante est signalée à ERF, celle-ci contacte ladite famille pour évaluer ensemble la faisabilité du projet. Si celui-ci est maintenu, ERF donne alors les coordonnées des services sociaux à contacter, ou l’OAA s’il s’agit d’un enfant étranger.L’adoption réalisée, comme pour toute adoption, EFA reste disponible pour accompagner parents et enfants. Dans le cas d’adoption d’enfants à particularité, c’est encore plus important et l’équipe ERF et ses correspondants départementaux sont tout particulièrement motivés sur cet aspect.

Les réalisations :

Depuis 1981, ERF a ainsi permis l’adoption de plus de 500 enfants.
Dans les associations départementales, vous trouvez un correspondant ERF. A EFA 54-55, c’est Catherine Adam Pereira.
A lire : la rubrique ERF sur le site de notre Fédération.